10/02/2008

Liège : Le patron de la Poste répond au PTB

 

touche_pas_poste_petit

En date du 24 novembre, la section Liège ouest du Parti du Travail de Belgique (PTB) a reçu une réponse écrite de la part de M. Johnny Thijs, administrateur délégué de la Poste.

 Suite à l’interpellation de la direction de la Poste par le PTB, soutenue par une pétition ayant recueilli 2 070 signatures dans le quartier Sainte Marguerite, l’administrateur déélégué de La Poste a répondu au PTB.

 Dans cette lettre, M. Thijs explique que « la Poste doit faire face au lourd déficit de son réseau de bureaux de poste et n’a d’autres alternatives que de revoir son organisation en profondeur afin d’assurer son avenir ». Le PTB répète son opposition à parler de « déficit » lorsqu’il s’agit d’un service public. La population paie des impôts afin qu’un service lui soit rendu, dans ce cas-ci un service postal. « Rentabiliser » un service qui, par définition, ne peut être rentable équivaut à limiter drastiquement ce service. La Poste doit être là pour les gens, pas pour l’argent.

 Nous nous étonnons d’autant plus de recevoir ces informations le jour où, selon une enquête d’Eurostat, la Belgique figure parmi les nations européennes où la densité de bureaux de poste permanents par nombre d’habitants est la plus faible. En 2005, la Belgique comptait un bureau de poste pour 7 395 habitants, contre un pour 6 526 en Allemagne, un pour 5 108 aux Pays-Bas, et un pour 3 557 en France.

 Enfin, il apparaît au travers de la lettre reçue qu’aucune solution en matière de point poste n’a été trouvée pour le quartier Sainte Marguerite. Les deux points postes mentionnés sont celui du Delhaize de Burenville et du Super GB de Rocourt. Aucune information n’a été communiquée en rapport avec la fermeture du bureau de poste de la rue St Séverin.

 Le PTB section Liège Ouest continuera sa mobilisation citoyenne pour le maintien du second bureau de poste dans le quartier Sainte Marguerite et prévoit déjà des actions de sensibilisation dans le courant du mois de janvier.

Les commentaires sont fermés.