30/08/2007

A propos du Pacte de M. Demotte

grève
 M. Demotte vient de lancer son pacte wallon. Voici la lettre que j'ai écrite en réponse, à la presse. Elle est publiée sur le blog Sud-presse et sur RTL info.

Lettre ouverte à M Demotte,

 Cher M. le ministre-président,

A la question "C'est du libéralisme, ça?" vous répondez "Je suis un socialiste moderne". J'y vois un superbe aveu de la position actuelle du PS : abandon des travailleurs au profit du grand capital. Je ne vois dans votre pacte aucunes mesures d'améliorations pour ceux qui travaillent et qui contribuent à la sueur de leur front à enrichir vos camarades capitalistes. Vous êtes pour limiter le droit de grève alors que votre propre parti à construit toute sa puissance, dans le passé, sur le combat des travailleurs "grévistes". Un peu d'histoire : Savez-vous combien de travailleurs belges (à ce moment-là nous étions encore unis) sont morts dans les rues et au piquet de grève pour arracher les acquis sociaux et de démocratie qui ont fait de vous un ministre-président? La grève, M. Le ministre, est le garant ultime des libertés. Savez-vous que la première chose interdite par Hitler et Mussolini fut justement la grève. Depuis 1973, date du 1er choc pétrolier, date à laquelle il y avait 80000 chômeurs, les travailleurs ont subis mesures d'austérité sur mesures d'austérité et le résultat est que nous avons maintenant 600.000 chômeurs et 13 % des belges vivent sous le seuil de pauvreté. Il est clair que "se serrer la ceinture" ne concerne que ceux qui alimentent le gâteau de la richesse et non ceux qui le mangent. Le leitmotiv actuel est "des riches toujours plus riches et des pauvres toujours plus pauvres". A la force de diminuer le pouvoir d'achat des travailleurs, il viendra le moment où nous ne pourrons plus acheter les biens produits et ce sera la crise profonde avec les pires conséquences pour les travailleurs. A terme cette politique n'est plus tenable. Nous, les travailleurs, nous savions depuis longtemps que les libéraux favorisaient le grand capital et maintenant, nous savons que les socialistes aussi. Toucher au droit de grève, quelque soit sa forme, est une atteinte profonde aux libertés démocratiques et un oubli inacceptable aux générations de travailleurs qui se sont battus pour les acquérir. Je suis sûr qu'ils doivent se retourner dans leurs tombes. Il y a cent ans, les travailleurs n'avaient aucuns droits, avec vous, nous sommes sur le chemin pour perdre ce qui nous restent d'acquis sociaux et démocratiques. "Qui ne connaît l'histoire est appelé à la revivre".

 Et si vous pensiez aux gens d'abord, avant le profit...

lien rtl : http://www.rtlinfo.be/news/article/28311/0/?#BLOC_show_co...

lien Sud-Presse : http://blog.sudpresse.be/redaction/2007/08/29/3785/#comments

 

29/08/2007

Pétition pour le maintien des bureaux de poste de Liège Sainte-Marguerite

 affiche poste
 La direction de la Poste a annoncé la fermeture des 2 bureaux de poste du quartier Sainte-Marguerite à Liège. Notre quartier, déjà fort défavorisé, n'accepte pas cet abandon social.

Plus de 18000 personnes (Glain et Sainte-Marguerite) seront obligées d’effectuer de longs déplacements. Encore une fois le profit passe avant les gens.

         Les gens D'abord, pas le profit !!!!

La poste doit être là pour les gens et non pas pour l’argent !!!
 5 jours par semaine, La Poste délivre le courrier aux 4 coins du pays, même les plus reculés. Les personnes à mobilité réduite peuvent s’adresser au facteur ou au bureau de poste pour leur pension, pour un versement ou tout simplement pour bavarder. Le bureau de poste occupe une place de premier plan dans la vie sociale du quartier. NOUS VOULONS QUE CELA CONTINUE. Ce service public doit absolument rester en place. La coalition violette, MR et PS, qui vient de gouverner pendant 8 ans, responsable de la libéralisation des services publics, ne l’oublions pas, a sacrifié le rôle social de La poste sur l’autel du profit. En effet 277 bureaux de poste seront fermés en 2007, principalement dans les quartiers urbains les moins nantis, ce qui est le cas de notre quartier et pour 2011 la moitié des 1302 bureaux de notre pays seront fermés. Il y a là une incohérence que de libéraliser les services publics et d’en même temps vouloir le maintien des bureaux de poste. La suppression de ceux-ci est la conséquence de la libéralisation, une politique du profit avant l’intérêt des gens. Néanmoins, la section Liège-Ouest du PTB, soutiendra toutes les actions et les initiatives permettant de maintenir ouvert nos bureaux de poste. Nous faisons un appel pour la constitution d’un large front de lutte. Ensemble nous pouvons y arriver !!

Avec le PTB+ nous demandons que :

-Les facteurs puissent continuer à jouer leur rôle social.
-Les bureaux de poste de proximité restent ouverts.
-La poste doit rester un service public et non privé.

 -La poste est une entreprise de communication nous devrions trouver dans chaque bureaux un raccordement internet et une mise a disposition d’un ordinateur au prix d’usage d’un timbre.

 La Poste doit rester un service public : un service de  proximité pour les habitants mais aussi pour les entreprises, les commerçants et les gens de passage.

On veut nous faire croire que La Poste manque d’argent, mais son patron Johnny Thijs a gagné en 2006 : 900.000 € (36 millions FB)!  La poste est là pour les gens, pas pour l‘argent.

Nous exigeons le maintien des bureaux de poste de Liège-Ouest. Nous demandons aux autorités communales de nous soutenir et d’user de leur influence pour supprimer cette décision.

En signant cette pétition, vous luttez contre une politique qui rend les riches toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres.

Aidez-vous et aidez-nous par la même occasion, en signant la pétition et en faisant circuler celle-ci.

Lien pour signer cette pétition :

Pétition" title="btn_signpet_fr" target="_blank">btn_signpet_fr

28/08/2007

Non à la scission de la Belgique

                                                   drapeau belge
 Plus de deux mois sans gouvernement et maintenant on nous parle de crise mais, à y regarder de plus près, le vrai responsable de cette crise est le système électoral lui-même qui ne permet pas à tous les citoyens belges de voter pour n'importe quel citoyen belge.

En effet, depuis la fédéralisation de la Belgique, il est impossible de voter pour un candidat du nord du pays et vice-versa. Ce qui entraîne dans les faits que Yves Leterme voulait être premier ministre de tous les Belges mais pour défendre les intérêts de la Flandre et que Didier Reynders a basé sa campagne électorale sur la défense des francophones.

En changeant le système électoral par une circonscription nationale plutôt que les 11 circonscriptions actuelles, il sera beaucoup plus difficile de jouer sur le communautaire puisque les hommes politiques seront élus par la nation entière. C'est une des revendications du PTB, qui est pratiquement la seule formation politique du pays unie et unitaire.

 Lors des négociations, tous les politiciens étaient bien d'accord sur un point : continuer à pratiquer une politique ultra-libérale qui détricote tous les acquis sociaux des travailleurs du sud comme du nord du pays.

Ils sont tous d'accord pour continuer les libéralisations des services publics avec les conséquences désastreuses pour les travailleurs : fermeture des bureaux de poste, hausse insuportable du prix de l'énergie. De même, ils sont bien d'accord de supprimer les allocations de chômage alors qu'ils laissent les grands patrons licencier des milliers de travailleurs afin d'augmenter sans cesse leurs profits.

S'attaquent-ils à la hausse continuelle des loyers? Rendent-ils les soins de santé moins chers alors que ceux-ci sont bien souvent un vrai gouffre financier pour les travailleurs et leur famille? S'attaquent-ils à la baisse constante du pouvoir d'achat des travailleurs? Bien sûr que non !!!

 La seule chose qui compte pour eux, c'est de soutenir les intérêts des capitalistes!! Grâce à cette crise communautaire, ils parviennent parfaitement à cacher au peuple belge l'enjeu réel : les réformes de l'état ne vont pas dans le sens d'une amélioration des conditions de vie des travailleurs, bien au contraire.

 En nous divisant à coup de tirades aussi fausses qu'absurdes telles que : "les wallons sont des profiteurs" ou les flamands sont des égoïstes", ils parviennent à faire oublier l'essentiel dans le sort des travailleurs : que nous soyons Flamands, Wallons ou Bruxellois, nous, les travailleurs avons l'impérieuse nécessité de gagner notre vie afin de "mettre un repas sur la table" pour nourrir nos familles. Tout le reste n'est que secondaire !!! Sur ce point, il n'y a aucune différence entre le travailleur Flamand, Wallon ou Bruxellois.

 Tous les sondages montrent que le peuple belge, dans sa grande majorité, ne veut pas d'une scission du pays. Ne laissons donc pas quelques politiciens pourrir le débat en faisant pression sur eux. Par l'intermédiaire de nos syndicats, associations culturels, clubs sportifs etc... nous devons exprimer la volonté de continuer à vivre ensemble. Par exemple : les associations de supporters de nos différents clubs de football pourraient, à côté du drapeau de leur club fétiche, étendre le drapeau national belge comme symbole d'unité des travailleurs face aux hommes politiques qui veulent nous séparer. Un championnat de Belgique, c'est quand même mieux qu'un championnat de Wallonie ou de Flandre, que deviendraient les grands matchs qui passionnent tant si la Belgique venait à se séparer. Surtout que sur le terrain, il n'y a pas de Wallons ou de Flamands mais des joueurs de foot. De même dans les tribunes, il y a avant tout des supporters avant d'être Wallons ou Flamands.

 Le Parti du Travail de Belgique participera activement aux initiatives pour le maintien de l’unité de la Belgique solidaire, en particulier de sa Sécurité sociale. 
                          Les Gens D'abord, pas le profit !!!

N'hésiter pas à laisser vos réactions afin d'élargir le débat.

 Pour en savoir plus :

  http://www.ptb.be/fr/nouvelles/article/crise-communautair...

http://www.ptb.be/fr/nouvelles/article/communautaire-plus...

Cliquez sur la bannière