15/02/2007

Greenpeace et le réchauffement climatique

solidaire 2

Bonjour,

Suite à l'interview d'une représentante de Greenpeace paru dans le journal "solidaire" de ce mercredi 14/02/07, j'ai écrit cette réaction (vous pouvez lire l'interview en cliquant sur la banniére) :

Puisque le débat est ouvert sur le réchauffement climatique, ouvrons-le vraiment !

 Il est très facile voir malhonnête d'affirmer que le réchauffement climatique est de la faute de l'homme. Encore faut-il voir de quel homme s’agit-il? Est-ce les pauvres que notre société capitalise engendre? Est-ce les habitants des pays du tiers-monde qui n'ont jamais profité de ce système alors que les capitalistes n'ont pas cessé de piller leur matières premières pour accumuler des sommes indécentes? Est-ce les indiens d’Amazonie qui voient tous les jours leur habitat naturel, la forêt amazonienne, poumon de la planète, fondre comme une peau de chagrin sous les bulldozers pour enrichir des propriétaires terriens? Est-ce les travailleurs du monde entier, dans toutes les entreprises capitalistes, qui n’ont rien à dire aussi bien sur les biens qu’ils fabriquent (ces biens répondent-ils vraiment à leur besoins ou servent-ils uniquement à enrichir leurs patrons?) que sur la façon dont ils sont fabriqués? Non, Greenpeace, ce n’est pas la faute de l’homme mais de la faute du capitalisme qui pour assouvir sa soif de profit et d’accumulation du capital doit «produire pour produire ce qui entraîne une consommation pour la consommation »(Karl Marx, théories sur la plus-value, tome 1). Tout cela entraînant un gaspillage et une surpollution sans précédent.

 Dire que c’est l’homme faire porter la responsabilité à l’humanité entière et donc de faire payer la facture à tous les hommes ce qui arrange bien les capitalistes car, ainsi, on ne touchera pas à leur bénéfices. Greenpeace cite le rapport Stern, que j’ai parfaitement étudier, ce n’est pas 5 à 15% de la production qu’il annonce mais 20% de la consommation moyenne, ce qui diminuerait drastiquement leur bénéfices. C’est la raison pour laquelle Sir Nicholas Stern dit qu’il faut agir et certainement pas les conséquences désastreuses pour la population mondiale dues au réchauffement climatique. Vous le dites vous-même, ce sont d’abord les pays du sud, donc les plus pauvres de même que les pauvres du monde occidental qui vont en «prendre plein la gueule» alors que ce sont les moins responsables!

Il me semble donc impératif que ce soient les capitalistes qui payent!

Parlons des accords de Kyoto, c’est simplement la réponse capitaliste au phénomène:non seulement cela ne suffit pas, mais c’est un «droit de polluer» que les pays capitalistes achètent aux pays du sud. En achetant leur quotas, les capitalistes pourront continuer à polluer et, les pays pauvres ne pourront plus s’industrialiser puisque, sans ces quotas revendus, ils ne pourront plus produire. Et que feront-ils des capitaux venant de la vente de leurs quotas? Soit acheter des produits capitalistes, donc les enrichir ou, enrichir leurs oligarchies gouvernementales à la solde des pays riches. C’est pas du néo-colonialisme çà?

 Parlons des énergies renouvelables:c’est la solution mais il faut avoir abuser fortement du whisky ou de la vodka(je ne suis pas sectaire!)pour s’imaginer que les grosses sociétés qui engendrent des bénéfices astronomiques avec l’appropriation et la vente des combustibles fossiles(rien qu’Exxon 30 milliards d’euros, voir solidaire N° 5) vont lâcher le morceau en leur demandant.

 Encore une fois, pourquoi les travailleurs doivent-ils payer la note alors que leur responsabilité est très réduite? Des solutions il y en a mais pas dans le cadre d’une société basée sur le profit à outrance. Voici quelques exemples:Electrabel, (qui favorise l’énergie nucléaire car avec celle-ci, il y aura aussi appropriation de matières premières donc constitution de rente et de surprofit comme avec le pétrole) fait +/- 300 euros de bénéfices par an et par ménage en Belgique. En confisquant les bénéfices d’une seule année d’Electrabel, on pourrait fournir TOUS les ménages belges en panneaux solaires, mais, les capitalistes y perdent:avec des panneaux solaires, on ne leur achète plus l’énergie! Pensez à ce qu’on pourrait faire si on nationalisait tous les bénéfices engendrés par les sociétés énergétiques depuis que le capitalisme existe. C’est la vraie dette qu’ils doivent à l’humanité.

 Un autre exemple:si chaque travailleur avait une garantie d’emploi(pour cela il faut supprimé la loi du marché qui engendre la montée du chômage)on pourrait construire leur habitations parfaitement isolées(la dépense énergétique serait diminuée de 42% pour se chauffer, c’est autre chose que demander aux pauvres de se foutre un pull) et ainsi, diminuer les déplacements pour aller travailler, donc une économie de gaz à effets de serre. De plus, ces habitations pourraient être chauffées par des chaudières collectives fonctionnant avec la bio-masse:une grosse chaudière pour 20 habitations consomme moins que 20 chaudières individuelles, c’est mathématique mais pas très intéressant en terme de profit pour les capitalistes.

 Encore un autre:Greenpeace parle de voitures émettant moins de CO2 et consommant moins de carburant mais, imaginons que la population mondiale est fournie avec ces voitures(c’est bien légitime que tout le monde ait les mêmes avantages)dans un proche avenir, même avec une consommation moindre par voiture, cela deviendrait invivable vu le nombre de voitures qu'il faudrait pour "équiper" la planète. La solution est de voir rapidement l’utilisation de la voiture individuelle disparaître par le développement total et gratuit des transports en communs dont les bus seraient alimentés aux biocarburants, sachant que le train et le métro sont les moyens de transport les moins polluants. Solution qui aurait comme mérite de voir disparaître de nos paysages les autoroutes et de nos villes les embouteillages avec comme corollaire qu’on pourrait à nouveau rouler à vélo en toute sécurité, c’est quand même pas mal. Et les emplois me direz-vous? Les emplois perdus dans ces secteurs seraient tout simplement reconvertis dans la fabrication des logements sociaux, des panneaux solaires, des éoliennes, des biocarburants etc.. Mais encore une fois, toutes ces solutions se heurtent de plein front à la logique du profit capitaliste que Greenpeace avec ses solutions encourage.

 On pourrait remplir un livre avec toutes les solutions qu’une société marxiste pourrait nous apporter en terme de bien être et de sauvetage du climat, puisque c’est le sujet qui nous intéresse. C’est bien-là la vraie solution à coté de laquelle les solutions de Greenpeace ressemble plus à vouloir vider l’océan à coup de cuillères à café. Même sur le réchauffement climatique, ce bon vieux Karl Marx a des solutions, sacré bonhomme va, tu ne vieillis vraiment pas  !!"

Commentaires

concours scénario dv energie
http://www.lecpc.be/videos/spot_concours.mpg



Le Centre de Promotion Culturelle est un atelier de production vidéo, reconnu par le centre du cinéma et de l'audiovisuel de la Communauté Francaise de Belgique, créé en 1975 par deux mouvements d’éducation permanente : Vie Féminine et les Equipes Populaires. Constitué comme ASBL, le CPC produit et diffuse des films vidéo à caractère sociaux ou culturels.

Partant de l’idée que « L'homme a le devoir solennel de protéger et d'améliorer l'environnement pour les générations présentes et futures »,
Le CPC a le plaisir de vous présenter son nouveau concours de scénario « Tu vois ce que je veux dire », dont c’est la 4eme éditionet le 2eme volet sur la thématique de l'énergie .

Ce concours donne une possibilité à tout un chacun (étudiant, cinéaste en herbe, pensionné, salarié, autodidacte, etc.) de réaliser un film documentaire de 12 minutes (maximum).
Chaque participant envoie un scénario, une note d’intention et un CV avant le 31 décembre 2008.
Vos scénarios seront sélectionnés par un Jury composé de professionnels de la vidéo ou en rapport avec le thème du concours (journalistes, producteurs, réalisateurs, représentants du mouvement associatif, médiathequaire ...)

Les vainqueurs se verront réalisateurs de leur propre scénario ! Pour ce faire toute l'équipe du CPC ser à votre disposition ( montage, réal, caméraman , matériel, preneur de sons, production/post production, diffusion)
Les films seront projetés en 1ère au centre culturel de Schaerbeek, et ensuite diffusés via des ateliers de sensibilisation en milieu scolaire ou associatif via des associations partenaires (Equipes populaires, médiatheque, Centres culturels, Apere ...) , en festivals ou sur diverses télés locales





PRIX

Le CPC met à disposition le budget, les moyens techniques, financiers et humains pour la réalisation et la production des deux films sélectionnés cad 5 jours de tournage/10 jours de montage+ équipe + Matériel + post production...+ défraiements

Ce concours illustre la volonté du CPC de permettre à chacun de pouvoir exprimer par le biais de l’outil audiovisuel une réalité qui le touche.

En filigrane du thème imposé, l’accent sera mis sur l’aspect « social », socio économique, politique ou culturel de l’énergie
« On peut penser que pour un nombre croissant de gens :
L'énergie est de plus en plus perçue comme une ressource finie, qu'on ne peut plus considérer comme inépuisable ou renouvelable à l'infini. L'environnement est un bien commun, que nous avons le devoir de léguer aux générations futures (cf. concepts de développement durable, soutenable ou de décroissance conviviale).

Les énergies renouvelables, le niveau de dépendance des pays européens, le « comment vivre ensemble ? » la mobilité, l’accès aux personnes, le développement durable, l’architecture, la gestion des ressources, la politique européenne ou belge en matière environnementale, l’éco logement, l’habitat groupé ... »

Comme on peut le voir, l’énergie offre une multitude de sujets et d’approches.


Règlement/Inscription

http://www.lecpc.be

026400787 info@lecpc.be

Le CPC 111 rue de la poste 1030 Bruxelles

Écrit par : serge | 04/12/2008

Les commentaires sont fermés.